GRP Tour du Calaisis

 

Départ de la gare de Calais, à 9h.
distance: 70 km et 1000m D+.
– réalisé le samedi 12 décembre 2009 en 9h02min ( 1ère expédition ) par:
Jérôme L. ,Jean , Sébastien, ( départ de Peuplingues à 6h00 ) & Jérôme B , Laurent, Christophe B. , Matthieu, Bernard, Olivier ( départ de la gare de Calais 9h00 )
– puis, le jeudi 24 février 2011 par manu en solo, en 8h45.

Description

DSCN183070 km de balade avec pour commencer plus d’une vingtaine de kilomètres en bord de mer suivant les falaises du Cap Blanc-Nez puis on rentre dans les terres à travers les champs en s’offrant un peu de dénivelé avec notamment l’ascension de « Belle Vue » et du « Tappecul » les bien nommés mais aussi du Mont de Couple ( 164m) qui offre un magnifique panorama sur le site des deux Caps , le détroit du Pas de Calais ainsi que sur la campagne environnante . Passage près du terminal Euro-Tunnel pour le clin d’œil . Puis quelques kilomètres boisés à l’orée de la forêt de Guînes avant d’atteindre la ville du même nom et son marais. Et ensuite une arrivée vers Calais en longeant le canal.
Bref tout ça m’a l’air bien alléchant. Le bonus est que par beau temps les côtes anglaises seront même visibles à plusieurs endroits !

Si vous le pouvez , prévoyez un peu de temps pour souffler avec un p’tit resto côtier qui nous ragaillardira !

La carte


Le fichier GPX

Les photos

les photos d’Oliv ici : http://picasaweb.google.fr/oharduin/GRPCalaisis
et voici pour les photos de Christophe  : http://picasaweb.google.com/christophe.barbier.59/ConfrerieDesHorizonsGRPDuCalaisis
Les photos de manu : https://picasaweb.google.com/emmanuel.renaux/GRPDuCalaisisDeManu#

Sans titre

CR Bonus

…et en bonus ! Le CR de notre Chevalier Christophe Barbier :

Bienvenue dans notre émission « 30 millions de trailer ».

Aujourd’hui, notre envoyé spécial Christophe Barbier est allé enquêté au péril de sa vie en s’introduisant clandestinement au sein de la dangereuse secte « la confrérie des horizons », que même l’Opus Dei redoute.
Merci Simone, eh oui effectivement, cette secte s’est donnée pour mission de répandre l’ultra-trail dans notre Région en sillonnant les GRP du Pas-de-Calais.
Craignant pour mes petits petons, j’ai attendu patiemment que la confrérie s’attelle à une distance inférieure à 100km.
Car il faut savoir que dans la confrérie, parcourir une distance a 2 chiffres, ca ne se fait que très rarement.
Ca porterait même malheur selon certaines rumeurs.
Et pourtant, ce 12 décembre, décidé à aller jusqu’au bout, ils ont entrepris de s’attaquer au GRP du Pas-de-Calais pour une distance approximative de 72km.
Je me suis donc rendu sur le point de rdv devant la gare de Calais pour être accueilli par Frère Olivier et frère Laurent.
L’accueil est chaleureux, convivial, enjoué, cela doit cacher de viles fourberies !
Puis arrivent frère Matthieu et frère Bernard.
Ou plutôt devrais-je dire Yub et Bernard le Pirate car au sein de la confrérie il est de bon usage de renoncer à son identité civile.
Il faut donc s’appeller Yub, Swamp, Le pirate, gloumpf, scrounch, etc.
Désolé si ma mémoire me fait un peu défaut…
Puis arrivent frère Jérôme, frère Jean et frère Seb qui, pour des raisons secrètes, étaient partis à 5h du matin de Peuplingues, 30km en amont, pour nous accompagner sur la distance restante, environ une 40taine de km.

DSCN1770Le temps de les laisser s’échanger de mystérieuses mixtures, nous voilà partis à 9 dans Calais pour rejoindre la plage sous une légère pluie et un vent bien froid.
Enmenés par les gourous de la confrérie, la bonne humeur s’installe vite et le rythme démarre tranquillement.
Arrivés à la plage, nous devons parcourir une vingtaine de 20km le long de la côté jusque Wissant.
Devant la beauté des paysages et grâce à un ciel devenu radieux, autant dire que le rythme a été assez chaotique car frère Olivier, armé de son appareil photo, tient une moyenne stupéfiante de 30 photos au km.
Sans parler des boutades incessantes des gourous de la confrérie, infatigables, insatiables et d’une humeur insolente.
Attention à ne pas se laisser emporter par cette convivialité, attention à ne pas sombrer dans l’abîme…
D’un seul coup, emporté par un coup de folie, frère Jérôme se met à inscrire un « 43 » dans le sable.
C’est le signe pour indiquer que lui et ses deux confrères, partis depuis Peuplingues je le rappelle, sont en pleine mutation.
Les voilàs devenus des TAMALOUS !
Etrange, sur le moment je ne comprend pas !
Puis, le groupe s’éloigne de la côte pour finalement nous apercevoir que nous aurions du longer la falaise.
Qu’à cela ne tienne, voilà que nous improvisons une traversée à travers champs pour rejoindre la falaise.
Moment grandiose et inoubliable, la quintessence du trail !
Et voilà que nous longeons la falaise dans un décor absolument splendide pour rejoindre les hauteurs du Cap Blanc Nez.
Frère Olivier est à son comble, il tient désormais une moyenne de 50 photos au km, on le retrouve même allongé par terre au milieu du sentier.
DSCN1308Le périple se poursuit dans ce décor de rêve jusque Wissant où la confrérie propose de faire un ravitaillement bière-coca dans un petit café-restaurant sur la place de Wissant.
Car rien n’arrête la confrérie…SAUF…une bonne chopine…
Je pense avoir trouvé leur point faible, aha, voilà qui est intéressant !
Notre entrée a suscité la curiosité des touristes mais peu d’enthousiasme de la part des tenancières.
Pas grave, environ 1/4 plus tard, nous voilà reparti.
On quitte la côte pour de beaux sentiers vallonés, parfois bien boueux, qui nous mèneront jusqu’à notre prochaine étape: le point de départ des 3 TAMALOUS à Peuplingues.
Une fois arrivés, ces derniers nous offre un ravitaillement que tout le monde aura apprécié à sa juste valeur.
Et 1/4h plus tard, c’est le moment de la séparation avec les 3 TAMALOUS.
Pour nous, devenus également par transfert des TAMALOUS, il reste environ 28km à parcourir.
Direction Bonningues.
Le rythme est très régulier, plus personne ne parle et subitement, je comprends la signification du TAMALOU.
Au fur et à mesure, les paysages s’applanissent jusque Guines.
A partir de là, plus de relief jusqu’à l’arrivée.
Ca tombe bien, il est 17h et la luminosité commence à faiblir.
C’est l’heure du retour jusque Calais le long d’un sentier qui me semble interminable le long du canal de Guines.
Ensuite, un petit crochet par Coulogne et c’est l’arrivée dans Calais.
Il faut encore trouver le moral d’arpenter les longs Boulevards de Calais avant d’aperçevoir le beffroi qui attestera pour nous une arrivée imminente pour nous.
Heureusement pour moi, car je commencais à me transformer en TAPAMALOU…
Et voilà, après 9h de course, environ 72km et 1000m de dénivelé, c’est l’arrivée !
Ces moments là ne se décrivent pas, c’est là où le groupe fusionne où chacun est admiratif de l’autre, où la fierté principale est: « on l’a fait, mais surtout on l’a fait ENSEMBLE. »
Une dernière photo souvenir devant les bourgeois de Calais et c’est la fin.
Merci la confrérie, inutile de préciser après ce récit que cette journée restera pour moi un grand souvenir.

Le lien sur l’ancien blog

Laisser un commentaire